• Nouvel album FRACANUSA, sortie le 21.12.2018 •



Bonnes nouvellesAgenda des concertsBiographieDiscographieLiens, crédits & contactPage pro
Mailing-listTwitterInstagramYouTubeFacebookBandcampSoundcloud
Académie Charles Cros
Albin de la Simone
Bains-Douches de Lignières
Bordeaux Chanson
Daran
Divine Comedy
Doug Yowell
Duncan Sheik
Erwan Larher
Florent Marchet
Gabriel Yacoub
Geneviève Morissette
Ici & lui
Jean Sugitani
Julien Biget
La Bergère
Laura Mayne
Le Festival des Granges
Les Cariatides
Lily Luca
Liz Van Deuq
Lola Baï
Lou-Ysar
Marc Delmas
Mathieu Boogaerts
Myriam Kastner
Nickel Creek
Presque Oui
Punch Brothers
Rémi Coignard-Friedman
Service Culturel de Paris-Sorbonne
Simon Hale
Stéphane Portier
Stéphanie Michel
Utuh
Vincent Baguian


Bastien

J'ai découvert cet artiste par son premier album « Super » en 1996, qui a bousculé toutes mes références habituelles. Ce disque me donnait à entendre des sons de synthés et de batterie qui étaient pour moi dépassés depuis longtemps et une voix chuchantant des phrases pour moi énigmatiques, soit par leur apparente banalité, soit par leur apparente incongruité. Le résultat m’a pourtant tout de suite séduit et son deuxième album m’a conforté dans l’idée que ses disques réussissent le tour de force de créer un monde sonore à part sans être déroutant car en parfaite adéquation avec le ton de ses chansons. Et, plus important encore, il arrive à fusionner dans son écriture la musique, la musicalité du texte (jeu de sonorités, de rythmes…), la simplicité des mots employés, la richesse de leurs sens associés, la sensibilité, la profondeur voire la gravité, et enfin, surtout, beaucoup de légèreté. Après cette première claque discographique, Mathieu Boogaerts m’a infligé ma plus grosse claque scénique : complètement différent de ses albums, en solo ou en groupe, ses concerts regorgent d’idées et de spontanéité, tout ça avec une finesse musicale rare parfaitement maîtrisée. C'est simple, il me donne le sourire dès qu’il entre sur scène et ne le décroche pas avant le lendemain (au moins), l’agrémentant de temps de temps de larmes – pas de tristesse, non, celles-là sont amères – d’émotion devant tant de grâce… Attention, risque de courbatures aux joues !

Pour accéder à son site (dans une nouvelle fenêtre), cliquez sur son nom en haut !